lundi 10 décembre 2018

Orange Business Services et Microsoft présentent les artistes de votre t...





Production: DikDak

Réalisation: 2J. JM, YM

Compagnie de danse: les Pas indispensables

Annonceur: Orange



jeudi 1 novembre 2018

La bande annonce


Produit par : Lardux Films
Distribué par Mikhal Bakants

Synopsis
« C’est l’heure ! » L’heure pour les villageois d’embarquer en mer pour la procession funèbre. Ils traversent des étendues d’eau aussi vastes que périlleuses, pour accompagner leur mort à destination... là où la mer et le ciel se rencontrent… À quel moment quitte-t-on le monde des vivants ?


Quelques images du films






dimanche 4 février 2018

Le son

Adam Wolny au montage son et mixage!


Au studio
Comme un air de famille...ça doit etre les lunettes :) (Adam Wolny et Marc Boyer)
 
Première projection du film en entier, en salle, pour vérifier le son!



mercredi 24 janvier 2018

Enregistrement des voix

Louise Lemoine Torres, Anne Marbeau, Lionel Fernandez et Sylvain Lemarié seront les voix de Hélias, Mamie Bosse et Mamie Meringue, Papi Moustache et Papi Bouteille, Marin. Quatre acteurs de théatre principalement, réunis par Louise. On se retrouve à nouveau chez Thiery Bousquet pour l'enregistrement.




Enregistrement et mixage de la musique

Une fois la musique mise au point avec Michel Korb (compositeur de mon précédent film "le silence sous l'écorce") nous appelons Birgit Yew pour la partition de violoncelle et le chant. Birgit a plus de vingt ans de musique classique et musique de chambre derrière elle. Ateliers sonores, orgues à feu, elle expérimente aujourd'hui d'autres types de sons avec son instrument. 
On enregistre aussi des sons de mers, des cris de baleines, des choses bizarres qu'on aime bien...
Elle improvise totalement la partition de chant. 

Thiery Bousquet (Mixage) et Birgit yew

Thiery Bousquet (mixage)

Thiery Bousquet (mixage) et Michel Korb (compositeur)

Birgit Yew (violoncelle et composition chant)

jeudi 7 septembre 2017

C'est parti pour le montage



Marc, producteur et monteur du film. Pas évident de monter le film avec 1/3 des BG seulement...

Le jour où le film commence à prendre des couleurs, enfin!!


Pooya et Noémie qui me donnent un sérieux coup de main sur les sorties 3d des personnages : 2 mois et demi!!! On démarre aussi le compositing

Les contours des personnages qui commencent à s'effacer, des encres qui commencent à se diffuser...on lâche peu à peu le côté 3d :)

mardi 25 juillet 2017

Tempêêête!!!

Vue 3D : space warp, FFD, forces, particules...pour le côté sensible il faut attendre encore un peu...

Vue caméra, avec un peu de compo et de rendu :)







mercredi 5 juillet 2017

Quand c'est la canicule et que les ventilateurs servent à refroidir les machines...


vendredi 28 avril 2017

Recherches de musiques

La recherche de musique n'est pas une chose aisée, quand nous avons le langage de l'image et non celui des sons. Comment décrire une musique? En la mimant?

J'ai découvert le travail de Michel en écoutant les musique du film "les quatre saisons d'espigoule" que j'aime beaucoup. C'est donc vers cela que je me suis tourné au départ.

Ici : Le premier test 

C'était évident que cela ne conviendrait pas... trop Espigoulien. Je refais un point sur ce que je recherche vraiment pour le film :

Un univers musical qui reflète principalement : 
  • une certaine poésie liée au voyage  
  • l'aspect étrange et la part de merveilleux de l'histoire.  


Evoquer une certaine fragilité, sans tristesse 
  • Une certaine mélancolie se dégage de l'histoire. Dans les musiques du long métrage « Les quatre saisons d'Espigoule », J'aime quand les notes sont un peu "à côté"… Ainsi, ces notes en glissando reflètent une fragilité, quelque chose de "pas réveillé". Comme je souhaite absolument éviter de composer une musique triste, cette fragilité pourrait évoquer plus subtilement cette mélancolie ou nostalgie.  

Une note méditerranéenne, une chaleur 
  • Enfin, bien qu'imaginaire, le film raconte l'histoire d'un peuple méditerranéen. Doit-on le ressentir dans la musique ? J'aime la chaleur qui se dégage des musiques orientales. Dans les musiques de désert blues il y a des choses très intéressantes, des notes qui traînent, des chants qui se perdent dans l'horizon, des souffles.  


Dans « Le jour extraordinaire », les éléments naturels reflètent les émotions des personnages, les villageois parlent très peu : La musique ne doit pas parler pour eux, NI aller à l'encontre des personnages (la musique ne doit pas être trop "bavarde"). Elle accompagne, s'insère parfois dans les paysages, les grands espaces. 

En partant de cela, voilà : le deuxieme test 

On s'approche que quelquechose qui commence à me plaire. Mais j'ai du mal à définir un air de cela : aucune mélodie ne me reste en tète après l'écoute. Les notes sont peut être trop éloignées? La musique trop "atmosphérique"? 

Ici : un autre test

Meme souci, mais on affine! On commence à ressentir la mer, les respirations, le vent et le voyage :)

Et là : ce qui vient d'arriver ce matin

Il y aura donc certainement deux versions : une rapide et une plus "atmosphérique", quasi bruitée mer/vent/baleines.. Je me surprends à siffloter la mélodie devant mon ordi, quelque chose me reste en tête, youpi :)